Pourquoi engager un AMI ?

Pourquoi engager un AMI ?

L’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris et le CHU de Nantes ont engagé entre juin et décembre 2017 un appel à manifestation d’intérêt – AMI – relatif à l’hôpital numérique du futur. L’exercice a rencontré un succès international sans précédent et permis de recueillir 388 projets portés par 242 contributeurs.

Compte tenu de la très forte incertitude qui demeure quant à l’impact que pourrait avoir la révolution digitale sur les soins, la recherche et la formation au sein des groupes hospitaliers, l’appel à manifestation d’intérêt offre l’opportunité d’identifier les technologies innovantes qui se révèleront indispensables aux hôpitaux numériques du futur et qui, dès lors, peuvent aider dès aujourd’hui à concevoir trois projets hospitaliers majeurs en France : le Campus hospitalo-universitaire Grand Paris-Nord et le Nouveau Lariboisière de l’AP-HP, ainsi que le projet Île de Nantes du CHU de Nantes.

Au-delà, l’AP-HP et le CHU de Nantes ont souhaité faire de cet appel la première étape d’une démarche pérenne d’innovation ouverte qui s’inscrit autour de trois objectifs :
• Favoriser l’accélération de projets innovants porteurs d’améliorations concrètes pour les patients et les professionnels de santé ;
• Identifier les formes envisageables de partenariat, par exemple en explorant des modèles économiques innovants ;
• Créer et animer un écosystème de l’innovation en e-santé à dimension territoriale, nationale et internationale.

Les enjeux stratégiques pour l’AP-HP et le CHU de Nantes

L’Appel à Manifestation d’Intérêt sur la dimension numérique du futur doit permettre d’identifier des innovations indispensables aux hôpitaux de la décennie 2025-2035.

Prévoir un hôpital dans dix ans est un exercice passionnant. C’est aussi une profession d’humilité. Le champ des incertitudes est immense : les actes, les techniques, les hommes et les femmes changent selon un cycle de l’innovation qui se raccourcit d’année en année.
Aux incertitudes sur la trajectoire du progrès médical (nouveaux appareils d’imagerie, extension des indications des techniques mini-invasives, de la radiologie interventionnelle…) s’ajoutent celles des politiques publiques qui seront conduites pour en tirer bénéfice : par exemple, quelle sera demain la politique tarifaire pour permettre à l’hôpital de prendre en médecine, le même virage ambulatoire que celui qu’il a initié en chirurgie ?
Face à des incertitudes multiples, la « modularité » architecturale a été envisagée comme le premier facteur de succès des projets. Un autre enjeu est de mettre les établissements considérés dès à présent en situation de jouer un rôle d’avant-garde pour atteindre leurs objectifs.
Nous ne pouvons pas dire ce que seront les hôpitaux dans 10 ans, mais nous pouvons dire ce que nous voulons qu’ils soient. Par exemple :
– Des hôpitaux durables
– Des hôpitaux responsables d’un territoire de santé, ouverts sur la ville
– Des hôpitaux au service d’une médecine plus humaine
– Des hôpitaux qui « magnétisent » les compétences à travers une démarche renouvelée de gestion prévisionnelle des compétences et l’accent mis sur la qualité de vie au travail

C’est en lien avec ces enjeux stratégiques que doit être conçu l’objectif d’hôpitaux augmentés du numérique et les trois plus gros projets hospitaliers du pays à horizon 2025.